Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Papillon et voisin

    (Un long délai de silence, sur ce blog tout neuf, à cause de l’attente de l’intervention de men technicien préféré, mon neveu, sur ce système que je nomme depuis longtemps « le machin ». C’est chose faite depuis hier.)

    Dans le petit préambule, j’expliquais les raisons d’un déménagement et la satisfaction de découvrir qu’un jardin était assorti à “ma grotte”. En gros, je coterai l’historique des transformations de ce jardin depuis mon arrivée. Mais aussi les actions ponctuelles et les découvertes qu’elles m’apportent, en plus du plaisir de m’y adonner. Les interrogations, joies et déceptions qu’elles suscitent, aussi.

    Pour commencer, deux faits simples. Il y a quelques jours – il faisait encore chaud – je terminais quelques travaux (mineurs, qu’on ne se méprenne pas) d’agencement du terrain, le soleil était assez bas et j’observais l’état des deux hibiscus plantés ce printemps. Après une belle floraison, ils commençaient à décliner, leur feuillage étant caduc. Je me penchais vers l’un d’eux quand un papillon blanc vint se poser tout bonnement et sans façon sur mon épaule gauche . Ce ne fut un bref instant, mais j’en fus à la fois extrêmement surpris et très touché. Une joie simple, offerte parce que lui et moi nous trouvions au même endroit au même moment.

    Un peu plus récemment, un voisin me salue pendant que je m’affaire à épierrer un espace que j’espère transforme en une petite pelouse bientôt. Il me dit avoir planté de l’ail en montrant le bas son potager. Puis il ajoute : « c’est maintenant qu’il faut planter l’ail, c’est le bon moment, après il sera trop tard. Pensez-y, insiste-t-il » Je lui ai répondu que je verrais, pour l’instant je m’occupais d’autre chose et que le potager viendrait ensuite. Dans le même temps, je me souvenais de ce qu’il m’avait dit quelques jours auparavant : « N’écoutez pas les conseils, faites comme vous pensez ! » Je ne pus m’empêcher de sourire, sachant que dans les deux cas, il pensait se rendre utile. Le jardin est source de contact et de sociabilité, ce qui n’est pas le moindre de ses avantages.

    Dans la campagne avoisinante, des feuillages rouges et jaunes apparaissent, bien que, sous un ciel très bas, la lumière est à peine celle d’un petit début de journée ou d’une fin de journée d’hiver…

    17 - 10 - 2016 couleurs campagne 001.JPG

    17 - 10 - 2016 couleurs campagne 002.JPG